Changer de paradigme…

Le confinement est prolongé… Est ce une surprise ? Non. Toutefois, il peut susciter des mouvements intérieurs qui peuvent être vécus comme inconfortables, désagréables…et engendrer l’émergence d’un endroit en nous qui veut autre chose que ce qui est en nous…et de fait autour de nous.

Dans ces mots, aucune injonction à la soumission à je ne sais quelle fatalité. Lâcher prise ne signifie pas abandonner, baisser les bras…

En revanche, une invitation à reconnaitre ce qui est. Dire “oui” à ce qui est ne signifie pas approuver. C’est plutôt permettre et laisser être ce qui est déjà là. C’est là quoi que l’on fasse ! Le refuser, le nier, le combattre est bien plus éprouvant. Et plus on lutte, refuse, nie, plus cela souvent crée une résistance, une tension et la souffrance en dedans…

Lâcher prise pour accueillir ce qui est, l’observer et écouter ce que cela dit pour nous… Entendre est un capacité physique liée aux oreilles physiques. Écouter est un art liée à une posture, un art de vivre et d’être qui peut se cultiver à partir du coeur.

Loin de moi l’idée de jeter aux orties notre mental. Il s’agit, selon moi, de mettre son intelligence cognitive – mettre des mots – au service de notre ressenti global, notre intelligence intuitive… C’est peut être amorcer l’Alliance des parts qui nous composent, notre masculin et notre féminin sacrés, notre coeur et notre tête, notre âme et notre égo, notre humanité…à l’instar des représentations de l’archange Mickaël et son combat contre le diable dans de nombreux lieux de culte chrétien. Le diable n’est jamais tué, anéanti. Mickaël le tient à distance au bout de son arme et le regarde dans les yeux comme pour l’observer… Écouter.

Le diable est ce qui divise, sépare. Il représente ce qui en nous est porteur de croyances et de ces comportements qui nous annihilent et nous coupent de notre essence profonde. Notre ego non reconnu qui piège le mental dans ses conditionnements de survie par peur de mourir…

Les interprétations depuis des siècles nous ont égarés…utilisant des images pour dominer les esprits ignorants. Les dragons sont des belles énergies…et non mauvais. Ils sont les gardiens d’un trésor…notre Graal… Et par ailleurs, il n’a jamais été question de destruction ni de violence armée…

Et si nous faisions un pas de côté, en observant intérieurement cette représentation de l’Archange Mickaël face à celui qui divise. Qu’est ce que cela nous enseigne ?

Aucune énergie de Lumière ne nous appelle à cultiver la soumission ni la destruction de nous-mêmes ou d’une part de nous ni de de qui nous entourent sous prétexte que cela est jugé comme mauvais ou considéré comme inférieur et à dompter (ah, l’ego spirituel )…

Peut être s’agit il de changer de paradigme et de nous ouvrir à une 3ème voie ?

Reconnaitre et accueillir tout ce qui nous compose, à commencer par ces parts que nous n’aimons pas, que nous ne voulons pas ressentir, que nous jugeons, rejetons, et voulons détruire, faire disparaître souvent de force, avec violence…ou que nous ignorons ou nions car plus confortable que de les regarder en face… Reconnaitre et accueillir cela nous permet de commencer le chemin de désidentification à ces parts de nous, à tout ce qui en nous, juge, condamne, détruit, nous coupe de nos élans de vie, de notre essence profonde, de notre Lumière. Reconnaître et accueillir permet de tenir à distance cela et de l’observer pour écouter ce que cela dit pour nous… C’est ce chemin, cette posture qui à mes yeux, nous ouvre une 3ème voie où ce qui est reconnu s’apaise voir disparait de lui-même, nous montre ce que cela veut pour nous, où une nouvelle alliance se crée pour laisser l’espace ainsi libéré à la splendeur et la beauté de notre Lumière, de notre divinité, notre étincelle issue de la Source…et ouvrir le champs des possibles d’une révolution intérieure vers la paix et la joie, et de fait dans nos actes, pensées et mots dans ce monde.

Ce confinement est une opportunité de changer en profondeur notre relation à nous-mêmes, d’apprendre à s’aimer et par voie de conséquence, semer pour récolter les fruits que nous désirons, de changer radicalement pas à pas notre façon de vivre dans ce monde, de sortir de ce système mortifère, de consommer, de produire, d’être avec nos semblables et les autres vivants qui peuplent notre Terre-Mère, Mama Gaïa…

L’après Covid se construit aujourd’hui, ici et maintenant.

Alors, prêt à faire le 1er pas de côté ? Prêt au changement ?

Prends soin de toi, belle âme .

Myriam Marcet

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.